Vous souhaitez adhérer ?

Téléchargez

le bulletin d'adhésion ici

Syndicat des Apiculteurs
du Puy-de-Dôme

3 rue Georges Charpak

63960 VEYRE-MONTON
Tél 04 73 26 92 20 

Permanence tous les mercredis
de 9 h à 12 h et de 14 h à 18 h 

 

Logo Synd.Api 1 copie

 

Coopérative
des Producteurs de miel

3 rue Georges Charpak

63960 VEYRE-MONTON
Tél 04 73 26 04 34

Permanence tous les mercredis
de 8 h 30 à 12 h et de 14 h à 18 h

Lettre-info ADA Auvergne octobre 2015

(cliquez sur l'image pour télécharger la lettre info)

Au sommaire de la lettre-info ADA Auvergne du mois d’octobre:

  • Les prochains rendez-vous de l’ADAA
  • Site internet de l’ADAA
  • Création du réseau de surveillance des troubles et mortalités
  • Rhône-Alpes : journée d'échange entre apiculteurs
  • Pas de déclaration cet hiver
  • Le coin des petites annonces
  • Informations nationales en bref

 

En bonus, le bureau d’étude APINOV publie les résultats de deux enquêtes réalisées sur la filière apicole :

  • l'une sur la consommation du miel en France
  • l'autre sur le varroa.

A retrouver sur : http://www.apinov.com/

Récolte de Miel 2015

COMMUNIQUE DE PRESSE DE L'UNAF

Récolte de miel 2015 : après trois années catastrophiques les récoltes semblent enfin correctes

Après des récoltes 2012, 2013 et 2014 catastrophiques, avec des baisses de 50 à 80% dans certaines régions et malgré des pertes hivernales de plus de 30% dans de nombreux secteurs, les apiculteurs retrouvent en cette année 2015 une production moyenne relativement correcte.

En effet, malgré des conditions climatiques très contrastées : printemps précoce – été marqué par des jours de canicule suivies de grandes sécheresses ou des pluies intenses selon les régions (comme en Alsace et en Loire-Atlantique par exemple), les récoltes de miel 2015 sont pour les apiculteurs de l’Union Nationale de l’Apiculture Française correctes par rapport aux années précédentes, mais elles n’atteignent pas pour autant une production satisfaisante et suffisante pour la filière et les consommateurs. On peut estimer la récolte 2015 entre 15 000 et 17 000 tonnes.

Bien que sujette à des intoxications, la récolte sur colza a été plutôt bonne. Comme celle de romarin. En revanche le miel de thym est quasiment inexistant. Hormis dans quelques zones, la récolte d’acacia est bonne, comme celles de châtaignier et de lavande. En revanche la récolte de tournesol est le plus souvent médiocre et dans certains secteurs du Sud-Ouest parfois très faible. En montagne les miellées sont fréquemment généreuses hormis sur les plateaux calcaires. Sur de nombreux terroirs les abeilles ont bénéficié de miellat en grande quantité ce qui a permis une très bonne récolte de miel de forêt. Le miel de sapin est quant à lui très capricieux, abondant dans certains secteurs, inexistant ailleurs.
Dans de nombreuses régions, la prédation du frelon a été très forte dès le milieu de l’été et a affaibli les colonies laissant présager dans ce cas, un mauvais hivernage.

Rappelons que la France produisait en 1995 environ 33 000 tonnes de miel et importait pour la même année entre 6 000 et 7 000 tonnes alors qu’en 2014, elle ne produisait plus que 10 000 tonnes avec une importation record de près de 30 000 tonnes ! En provenance de l’Asie, des pays de l’Est ou d’autre pays de la Communauté Européenne.

Pour Gilles Lanio, Président de l’UNAF : « malgré la mise en place, en 2013, du Plan de Développement Durable de l’Apiculture annoncé à grand renfort de communication par le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll, l’objectif principal qui était de redonner à la France sa place de grand pays producteur de miel est malheureusement loin d’être atteint et les demandes essentielles des apiculteurs ne sont toujours pas entendues ! »

Téléchargez le communiqué de presse ici

Bientôt la fin du Frelon Asiatique en France?

Vespa Velutina, enfin une bonne nouvelle pour les apiculteurs?

Selon des chercheurs de l'institut de recherche sur la biologie de l'insecte (IRBI) de l'université François Rabelais de Tours/CNRS) l'expansion du frelon asiatique en Europe devrait prochainement marquer le pas: les colonies comptent trop de mâles et pas assez d'ouvrières en raison de leur faible diversité génétique.

Selon les chercheurs, les frelons asiatiques en Europe souffrent d'un "phénomène de dépression de consanguinité" en raison de "l'introduction initiale d'un faible nombre de reines en France", lors de l'arrivée accidentelle de l'espèce sur le continent européen vers 2004.

Ils sont arrivés à cette conclusion en analysant plusieurs colonies de frelons collectées tout le long de l'année entre 2012 et 2014.

"Comme pour les colonies de guêpes et de frelons européens, celles du frelon asiatique (Vespa velutina nigrithorax) passent par deux stades au cours de l'année: du printemps à la mi-août, des ouvrières sont produites et agrandissent le nid, puis de fin août à décembre des reproducteurs apparaissent (mâles et futures reines)", expliquent-ils dans un communiqué.

Cependant, ont observé les chercheurs de l'université de Tours, "68 % des colonies analysées produisaient des mâles lors de la première période, alors que seules des ouvrières devraient être présentes". "Une analyse génétique a démontré que leur production était liée à une perte de diversité génétique chez cette espèce, suite à l'introduction initiale d'un faible nombre de reines en France". "Comme les mâles ne participent pas aux activités au sein des colonies, cette production de mâles précoces à la place d'ouvrières pourrait ralentir la croissance des colonies et à terme limiter l'expansion de cette espèce invasive", estiment les chercheurs.

Depuis son introduction accidentelle en France, le frelon asiatique envahit l'Europe.

Outre le danger que représente ses piqûres pour l'être humain, le frelon asiatique s'attaque aux abeilles pour les dévorer et a certainement un impact sur la biodiversité en tant que prédateur généraliste. (source AFP)

 

Retrouvez

- le communiqué de l’institut de recherche (Darrouzet - IRBI) : http://www2.cnrs.fr/sites/communique/fichier/cp_irbi.pdf
- l’étude parue dans PLos One : http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0136680
- l’artcile de la Charente Libre : http://www.charentelibre.fr/2015/10/19/bientot-la-fin-du-frelon-asiatique-en-france,2022862.php

Appel à dons de l'UNAF

L’Union Nationale de l’Apiculture Française se bat, depuis sa création en 1946, pour la sauvegarde des abeilles, la pérennité du métier d’apiculteur et l’avenir des générations futures.

Depuis plus de 15 ans le constat est sans équivoque : l’abeille disparaît de nos campagnes.
L’utilisation de manière prépondérante de pesticides puissants, l’urbanisation grandissante, les écosystèmes non respectés, l’assèchement des zones humides... appauvrissent et détériorent les ressources en nectar et pollens nécessaires au développement de l’abeille. L’abeille est pourtant une alliée inestimable pour notre environnement.

Elle contribue à la pollinisation de 80% des espèces de plantes à fleurs de notre planète. L’abeille participe ainsi largement à la production alimentaire mondiale. 35% de la quantité de notre alimentation et 65% de sa diversité dépendent de la pollinisation par les abeilles.

L’abeille existe depuis 80 millions d’années mais aujourd’hui, elle est en danger. Agissons maintenant !

Chaque don, si minime soit-il contribuera aux actions menées par l’UNAF en faveur de la sauvegarde des abeilles et de l’apiculture française.

Merci d’être à nos côtés

(cliquez sur l'image pour faire un don)

abeille

Changement de période de déclaration des ruches

Les déclarations d’emplacements de ruchers et du nombre de ruches, obligatoire dès la première ruche, sont essentielles pour la filière apicole française.

Elles permettent :

  • L’obtention d’aides européennes dans le cadre du plan apicole européen (PAE) ; l’enveloppe communautaire est distribuée à chacun des États membres au prorata du nombre de ruches (3,575 millions d’euros obtenus par la France en 2014/2015 pour 1 600 000 ruches déclarées à la Commission) ;
  • La gestion sanitaire du cheptel apiaire français ; la connaissance de l’emplacement des ruchers est d’autant plus importante que la menace d’introduction d’Aethina tumida en France suite à son arrivée en Italie en septembre 2014 s’est accrue (un nouveau foyer à été découvert le 16 septembre 2015 dans ce pays).

La Commission européenne a décidé d’harmoniser les périodes de recueil des déclarations de ruches dans l’ensemble des États membres de l’Union Européenne à compter de 2016 (règlement délégué 2015/1366 de la commission du 11 mai 2015 et règlement d'exécution 2015/1368 de la commission du 6 août 2015.

Dans ce contexte, la DGAL a défini une nouvelle période de déclaration obligatoire : dès 2016, les déclarations réalisées au titre de l’année n le seront entre le 1er septembre et le 31 décembre de l’année n.

Il n’est pas prévu de déclaration (télédéclaration ou CERFA) entre
le 1er novembre 2015 et le 31 août 2016

Une campagne de communication à destination des apiculteurs va être mise en place prochainement afin de les informer de ce changement et une refonte du site de télédéclaration va être programmée.

Lettre-info ADA Auvergne septembre 2015

Au sommaire de la lettre info de septembre :

  • Le programme automne-hiver à l’ADAA
  • L’enquête « récolte et marchés » 2015
  • Matériel : commandes groupées et locations
  • Lutte contre varroa : nouveau médicament API-BIOXAL à base d'acide oxalique
  • Aethina Tumida de nouveau détecté en Italie
  • Informations des réseaux ITSAP et ADA France
  • Autres actualités (dont FCO)

logo adaa

 

(Cliquez sur l'image pour télécharger le document) 

Téléchargez les fiches techniques de l'ADARA* sur la lutte contre le varroa : 

- Fiche 1 : les stratégies alternatives de lutte contre varroa
- Fiche 2 : lutte contre varra par encagement de la reine
- Fiche 3 : L'usage de l'acide oxalique
- Fiche 4 : Comment évaluer l'infestation varroa
Voir ici l'ensemble des publications de l'ADARA* sur ce sujet

 

* ADARA : Association de Développement de l'Apiculture en Rhône-Alpes.

fièvre catarrhale ovine (FCO)

Ce jour le Syndicat des Apiculteurs du Puy-de-Dôme interpelle via l'UNAF, le Ministère de l'Agriculture concernant l'épisode de fièvre catarrhale Ovine qui sévit actuellement dans notre région, avec 6 cas confirmés (Allier, Puy-de-Dôme et Creuse)

A ce jour, aucune décision n’a été arrêtée concernant les désinsectisation des bâtiments d’élevage, à l’exception de ceux des abattoirs (et des véhicules de transporté dédiés et les animaux exportés) mais nous tenons à rappeler au Ministère que les produits susceptibles d'être utilisés sont extrêmement rémanent dans l'environnement, de nombreuses études ayant prouvé leur toxicité à très faible dose pour les abeilles, et que ces produits sont ceux soupçonnés d'avoir causé les mortalités massives rencontrées dans les Pyrénées! Nous souhaitons donc que toutes les précautions soient mises en oeuvre afin d’empêcher les contaminations de la faune et de la flore par ces traitements! Téléchargez la lettre au Ministre de l'Agriculture ici.

 

Les conseils de l'ADA Auvergne aux apiculteurs sont les suivants :

Les produits susceptibles d’être utilisés sont ceux soupçonnés d’avoir causé les mortalités massives rencontrées dans les Pyrénées.
L’expérience de ce territoire nous apprend que :

- le vecteur d’intoxication de l’abeille serait principalement l’eau

- l’effet toxique sur l’abeille serait inversement proportionnel à la température, ce qui expliquerait que des dépopulations se produisent plus tard dans l’hiver.

Des préconisations aux éleveurs sont en cours de préparation pour limiter l’impact sur l’abeille. Les premières pistes sont : éviter le ruissellement, ne pas traiter mares, cours d’eau, tas de fumier.

Dans l’attente de plus d’information, nous vous invitons à suivre les conseils suivants :
- Primordial : installer un abreuvoir sur vos ruchers d’hivernage, dans la mesure du possible avant l’arrivée des colonies

- Rencontrer les éleveurs autour de vos ruchers pour les informer des éventuels dangers pour l’abeille et vous tenir informés des traitements effectués

- En cas de problème sur les colonies (dépopulation), avertir immédiatement la DDSCPP de votre département et l’ADAA pour les adhérents directs.

 

L’ADA France a rédigé une note en date du 24 septembre 2015 sur l’épisode actuel de la FCO et les risques pour l’apiculture.
Nous recommandons vivement à nos adhérents d’en prendre connaissance, de suivre au plus près l’évolution des mesures sanitaires prises par les autorités et d’appliquer les conseils énumérés afin de limiter les risques que nos abeilles peuvent encourir.
La note est consultable en cliquant ici

 

Les informations sur cet épisode de FCO sont retrouver ici :

http://www.gdscentre.fr/index.php/actu/230-confirmation-de-la-presence-de-fco-serotype-8-dans-l-allier-et-mesures-d-urgence

et ici :

http://www.plateforme-esa.fr/index.php?option=com_content&view=category&id=98&layout=blog&Itemid=244